Nøne Futbol Club

rue eterlet
f-77500 chelles
t +33 (0)1 64 72 65 70 leseglises@chelles.fr

 

Le centre d'art accueille les publics du lundi au dimanche.
– du lundi au vendredi : scolaires, individuels et groupes sur RDV.
– du vendredi au dimanche de 14h à 17h : visites libres.
Accès gratuit.


 

Facebook


Simon Boudvin Anastyloses et reconversions

 

Pour son exposition personnelle Anastyloses et reconversions, Simon Boudvin réunit un ensemble d’éléments, allant de la photographie à la scénographie, de la sculpture à la maquette, posées comme autant d’images de mondes possibles, de parcelles d’une réalité quelque peu étrange qui se dévoile et se construit dans le parcours.

 

Arpenteur d’espaces, archiviste de formes, Simon Boudvin est un visiteur contemporain de nos gestions mises à l’épreuve du temps, de ce qui forme nos encombrants matériels (bâtiments industriels, religieux ou civils, formes habitées, qu’elles soient grandes ou modestes, brutes ou cossues).


Il est curieux de ce qui peut naître d’une fonction originelle délaissée, de ce qui travaille le manque apparu et de ce qui vient le réinvestir. Ses explorations lui permettent d’inventorier ces processus sur lesquels il construit, élément après élément, un bestiaire plastique. Ce recueil ou relevé formel est aussi le registre d’un voisinage entre le possible et l’improbable, sur lequel règne le bizarre comme point d'accroche du regard posé sur des formes pittoresques. C’est celui du grotesque.


Restauration, abandon et oubli, réaffectation, démantèlement ou mutation sont autant de destins, de gestions plus ou moins improvisées que Simon Boudvin retrouve dans des déchets monumentaux, des matières sans « mémoire de forme », mais aussi des édifices remaniés pour de nouveaux usages. Ces constructions singulières incarnent le contexte qui les a produites. En témoigne entre autres cette série photographique initiée en 2006 répertoriant des châteaux d’eau, clochers de la modernité tombés en désuétude à partir des années 1980, transformés aujourd’hui en habitations.


Si la référence à de célèbres photographies d’architectures industrielles est là, le décalage qu’y apporte Simon Boudvin lui permet de se distancier de leur système d’enregistrement et de relancer le principe d’une autre forme d’inventaire, d’une autre représentation.


Dans les églises, c’est naturellement que l’exposition dialogue avec les multiples reconversions du lieu, successivement utilisé depuis la révolution française comme grenier à grains, logements, commerces et désormais aménagé en centre d’art. Une partie de la scénographie de l’exposition s’appuie sur un relevé d’anciens murs et plafonds des boutiques disparues. À l'instar d'un site archéologique, l’agencement spatial de la structure permet d’y repérer les traces d’une époque antérieure.


Jouant avec l’anastylose, Simon Boudvin la relance par le décalage à la manière de ses relevés photographiques qui (se) jouent des règles des Becher. Les œuvres présentes dans l'exposition sont des remises en état de la matière. Pris dans le cycle de la construction, les matériaux tels le béton, le bois, le verre et l'ardoise, les formes telles les architectures ou les tables, sont confrontés à différents états, alternativement considérés pour leur valeur matérielle ou symbolique.

 


Remerciements :
Seulgi Lee
Jean-Baptiste Roman
Jean-Pierre Thoretton
Catherine Galimont
Sophie Dars
René Riedel
René Diverchy
les verriers de Saint-Just
les menuisiers et maçons des services techniques de la ville de Chelles
et Armin N.

Télécharger : Simon Boudvin_CommPresse

Télécharger : Simon Boudvin_Dossier de Presse

Télécharger : Presse-2011-06_ZERODEUX_It takes time to build.pdf